Utilisations du mobile
 
Celio déploie l’appli Step-In dans 50 magasins
Source : LSA - 15 avril 
Cet outil de « mobile to store » permet tout à la fois de créer du trafic en magasin, en récompensant la venue par un système de points (*), et de localiser précisément les visiteurs, grâce à des boîtiers ultrasons. En couplant cette localisation avec sa base de données clients (2 millions de profils), Celio peut pousser sur le smartphone des clients des offres totalement personnalisées, en fonction de leurs habitudes et historiques d’achat et de leur position dans le magasin. Le distributeur compte ainsi augmenter son taux de transformation : actuellement en effet, 3 personnes sur 4 qui entrent en magasin sortent sans achats.
A l'heure actuelle, les points collectés par l'appli Step-In (appelés "Steps") peuvent être cumulés indifféremment par les clients en entrant chez Celio, The Kase ou SIA. Une fois un certain nombre de points acquis, ils sont échangeables contre des cadeaux (un café Starbucks, une carte iTunes de 10€...) ou peuvent constituer un don à une association caritative.
Le dispositif est communiqué par la PLV, les équipes de ventes et des messages auprès des membres du programme de fidélité.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Avec cette mise en place chez Celio, enseigne disposant déjà d'un bon savoir-faire digital et d'une grosse base de données, Step-In rentre dans un processus vraiment opérationnel. L'expérience semble s'appuyer sur plusieurs facteurs de réussite. A suivre donc de façon attentive.



Danette surfe sur la vague des selfies
Source : http://tousdanette.danoneetvous.com/
Le principe de l'opération est simple. Faites une photo de groupe fun, de 2 à 10 personnes. Postez-la sur tousdanette.com et partagez là sur les réseaux sociaux pour inciter vos proches à voter pour vous.
Les 5 000 premiers participants recevront un magnet personnalisé ave la photo postée.
Un jury fera une sélection parmi les 400 selfies ayant enregistré le plus de votes et choisira 150 photos pour apparaître sur certains packs Danette.
Les 5 meilleures photos sélectionnées par le jury  donneront droit à séance en studio pour participer à une campagne d’affichage Danette.

L'opération se déroule du 3 septembre 2014 au 30 mai 2015.

Décryptage promotion de Philippe ingold

Belle opération qui s'inscrit bien dans la stratégie de marketing participatif de Danette. Les dotations sont virtuelles, elles ne donnent droit à aucune autre récompense matérielle. Le volet casting destiné à la campagne d'affichage est assez classique. L'utilisation de photos sur les packs est plus rare, même si Danette  a déjà exploité cette idée il y a quelques années.
Bonne idée, par ailleurs, d'offrir des magnets personnalisés aux 5 000 premiers participants, ce qui permet malgré tout de remercier, sinon récompenser, les consommateurs participants. Des précisions sur la taille du magnet et son délai de disponibilité auraient été toutefois les bienvenues.


 
Shazam-in-store, nouvel outil de micro-géolocalisation
Source : e-marketing - 25 novembre 2014
Avec 100 millions d'utilisateurs actifs, Shazam est une des dernières applications en vogue : c'est une appli de reconnaissance musicale. D'où l'idée ingénieuse développée par Shazam-in-store : utiliser les flux musicaux émis en magasin pour émettre un signal après des utilisateurs de l'appli.
Concrètement, les clients doivent tout d'abord activer l'application dans le lieu de vente exploitant cette technologie. L'application reconnaitra le tag inaudible intégré à la musique et fournira le contenu défini par l'enseigne sur le mobile des clients : promotions; contenus exclusifs, programmes de fidélité.
Pour développer concrètement et commercialement cette offre, Shazam s'est associé avec Mood Media, spécialiste des animations musicales et vidéos en magasin, un partenaire parfaitement adapté.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Cette innovation s'inscrit dans les nouvelles démarches de micro-géolocalisation en magasin. L'intérêt de Shazam-in-Store est de s'affranchir de l'installation et de l'entretien de balises ou émetteurs en point de vente. En revanche, le système ne permettra pas de personnaliser des messages selon les zones des magasins. Reste le problème général des comportements à faire évoluer : ouvrir une application et être prêt à accepter de recevoir un certain nombres de messages commerciaux. Cela semble un peu prospectif, mais pourtant, aux Etats-Unis, ShopKick qui fonctionne avec des "beacons" est déjà la quatrième application la plus chargée. L'enjeu commercial est immense : il s'agit de savoir quels moyens les enseignes et les marques vont utiliser pour interagir avec les shoppers au moment stratégique de l'achat en magasin.



HighCo teste le m-coupon chez Intermarché
Source : information directe

Le m-coupon a été testé dans quatre magasins Intermarché du 4 au 17 novembre..

Quel processus technique ?
- téléchargement d'un digital wallet (passbook ou passwallet)

- connexion avec un site dédié par QR code et choix des coupons au sein d’un chéquier digital

- possibilité de choisir d'autres coupons en linéaire (stop-rayon)

- passage en caisse, contrôle et grillage du coupon en temps réel
- traitement électronique du coupon et compensation.
L'opération fait l'objet d'un effort pédagogique sur le point de vente : Hôtesses et PLV (totem, affiches, stop-rayons sur les produits concernés).
Décryptage promotion de Philippe ingold

Le fonctionnement apparait simple pour le shopper. Encore faut-il que celui-ci soit expliqué de façon satisfaisante dans des conditions d'exploitation nationale. Le point clé aujourd'hui est l'acquisition préalable de Passbook ou PassWallet, dont la connaissance et la compréhension est loin d'être générale. Une fois cet obstacle franchi, plus rien ne s'oppose à une utilisation pérenne du système.
Restera alors à intégrer des fonctionnalités de géomarketing et d'exploitation des bases de données enseignes.



Partenariat stratégique entre C-Wallet et FidMe
Source : communiqué de presse - 4 octobre 2013

Développée par Catalina, C-Wallet est une application gratuite de m-couponing qui permet d'être remboursé automatiquement par cagnottage du montant des coupons sélectionnés.  Elle serait le N°1 du marché en nombre d’offres et en pouvoir d’achat offert avec plus de 60 € de réduction.
FidMe est un porte-cartes de fidélité mobile, compatible avec tous smartphones et permet de rassembler toutes les cartes des enseignes, Cette appli aurait 2,5 M d'utilisateurs.

L'application C-Wallet est aujourd'hui utilisable sur FidMe. Les synergies entre les deux applis sont évidentes. C-Wallet accède à une base très importante de m-shoppers. Et FidMe apporte une bénéfice matériel à ses détenteurs, facteur d'utilisation.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Nous avons déjà évoqué l'intérêt de l'application C-wallet, seule véritable application de M-couponning. Les autres applications connues s'appuient en effet sur une mécanique d'ODR. Avec ce partenariat, C-Wallet développe considérablement sa puissance, ce qui devrait lui permettre de développer sa présence chez de nouvelles enseignes.
Dans cet univers des applications mobiles commerciales, l'heure est à la consolidation.


 
La Laitière rembourse 3 bacs de glace
Source : http://www.croquonslavie.fr/corner-marque/glaces-la-laitiere/avantages/bons-plans.aspx

Opération d'été pour La Laitière chez Casino, du 10 au 21 juillet. En achetant trois bacs, vous recevez un remboursement, sous forme de trois bons d'achat à valoir dans l'enseigne (valeurs 4€).

Deux modes de participation. Un classique par courrier. L'autre digital : il faut tout d'abord  télécharger sur son smartphone une appli QR code. Puis scanner le QR code présent sur le prospectus.
Vous serez dirigé sur l'Appli Plancourses de Sogec qui vous permettra alors de participer à l'opération (Scan de l'achat, photo du ticket de caisse et coordonnées)

 

 

Décryptage promotion de Philippe ingold

L'opération est attractive et stratégique. Un remboursement 100 % de 4 bacs est plutôt intéressant, même s'il se fait sous la forme de bons d'achat marque (valable uniquement sur la marque). Ceci représente une valeur de 12 €. Elle est stratégique puisqu'elle permet d'augmenter le QA/NA, les quantités consommées et le taux de nourriture sur une période clé. Le délai de remboursement habituel de 4 à 6 semaines n'est pas vraiment un problème puisqu'il va permettre de désaisonnaliser la consommation sur la période de rentrée et augmenter ainsi la consommation.
Les modalités de remboursement sont assez originales. La tendance était jusqu'aujourd'hui de combiner une canal classique et un canal internet. Ici, la marque fait l'impasse sur le volet internet et passe directement sur le volet mobile avec une des applications de remboursement ODR, Plancourses de Sogec. Le mécanisme est un peu compliqué puisqu'il faut préalablement passer par le téléchargement d'une appli de lecture QR code. Mais une fois cette étape passée, la demande de remboursement est sinon aisée, au moins dans la continuité du processus d'achat. La nature trade de l'opération (prospectus, PLV) facilite le processus.
Notons toutefois que la force principale de l'appli ODR, à savoir la rapidité du remboursement, n'est pas exploitée ici puisque le remboursement se fait en bons d'achat.

C'est en même temps une bonne façon de populariser l'utilisation des applis de remboursement ODR qui sont apparues en 2012 mais dont l'utilisation reste encore assez limitée par manque de communication.
En attendant, il est bien sûr encore nécessaire de proposer un canal courrier principal.


 
Casino passe à l'appli coupon
Source : prospectus Casino - 3 au 13 avril 2013
http://www.supercasino.fr/Ne-perdez-plus-de-temps-a-imprimer.html
Maintenant chez Casino, plus besoin de télécharger, imprimer, emporter et remettre en caisse ses coupons.
Avec l'appli mCasino ou sur le site Casino, il suffit de choisir ses coupons en ligne et de les télécharger. La réduction s'appliquera automatiquement au passage en caisse de l'article bénéficiaire.
La réduction est valable une seule fois par jour et par personne.
A noter que l'information sur ce nouveau service n'est pas très accessible sur internet.
Décryptage promotion de Philippe ingold

C'est probablement l'application C-Wallet de Catalina utilisée chez Monoprix, exploitée en marque propre Casino. Les avantages sont évidents par rapport au système du coupon papier, mais aussi par rapport aux systèmes de mODR sur applis.
Comment va évoluer ce système ? Va-t-on vers des systèmes propres à chaque enseigne, comme ici chez Casino ou encore chez Leclerc ? Ou vers un système transversal multi-enseignes ? Sachant qu'une combinaison des deux est aussi possible (aujourd'hui, C-Wallet ne concerne encore que Monoprix). A priori un système multi-enseignes est plus intéressant pour le shopper. Mais pour l'enseigne, un système propre présente des avantages considérables, notamment en termes de fidélité et de création de trafic. A suivre.


 
Catalina lance son appli coupon C-wallet
Source : info directe - https://www.cwallet.couponnetwork.fr/
Catalina lance son appli. Celle-ci a des caractéristiques tout à fait inédites. En effet, son utilisation se caractérise par une très grande simplicité.
Un fois l'appli chargée, il vous suffit en effet de choisir vos offres sur des produits PGC et l'enseigne dans laquelle vous voulez acheter le produit.
Quand vous achetez le produit (sous 14 jours), le montant offert sera automatiquement cagnotté.
Aujourd'hui, seule l'enseigne Monoprix autorise ce système. D'autres enseignes devraient suivre.
Pour les autres enseignes, l'appli peut fonctionner en ODR avec scan du code-barre et photo du ticket de caisse.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Dans son principe de base, C-Wallet se distingue fondamentalement des autres applis promotionnelles qui sont apparues depuis un an sur le modèle Shopmium (MerciQui, PlanCourses, Promoland, ConsoSmart). Ces dernières applications sont fondées sur le principe de l'ODR, avec achat préalable et envoi électronique de preuves d'achat. Le système de C-Wallet est plus proche du coupon, avec validation automatique de la remise par le point de vente. Une nuance : la remise n'est pas immédiate mais cagnottée.
Le système se rapproche plus du système mise en place par Leclerc sur son site (mais apparemment pas encore disponible sur une appli).

Il est évident que ce nouveau système a un potentiel bien plus important en raison de sa simplicité. Bien sûr, aujourd'hui, il n'est que mono-enseigne. On peut toutefois penser que les enseignes Géant et Casino rejoindront rapidement C-Wallet. Mais deviendra--t-il un outil universel ?. Cela est moins sûr, les enseignes souhaitant les plus souvent développer des systèmes propriétaires.

Mais l'expertise de Catalina dans l'analyse des comportements d'achat va constituer un avantage concurrentiel déterminant. L'enjeu est en effet de proposer des offres ciblées aux mobinautes.


 
Sogec lance son appli promotionnelle
Source : Sogec - http://www.plancourses.com/

PlanCourses est une application commercialisée par Sogec en partenariat avec une société belge qui a développé le concept. C’est avec cette offre que l’application a connu un premier succès, depuis plus de 12 mois en France, avec déjà plus de 700 000 téléchargements. Plancourses  a pour objectif d’aider les consommateurs à faire leurs listes de course sur l’application qui est très intuitive et qui permet de conserver ou faire évoluer sa liste de course selon ses besoins.

De  nombreux consommateurs ont pris l’habitude d’utiliser de manière très récurrente cette application, ce qui était le premier but recherché : entrer dans les habitudes d’usage, avant de proposer des offres promotionnelles.

Aujourd’hui PlanCourses entre dans une seconde phase et va proposer à ses utilisateurs des offres promotionnelles de marques  en s’appuyant sur l’expérience belge qui fonctionne depuis deux ans sous le nom de MyShopi http://www.myshopi.com et propose chaque mois plusieurs dizaines d’opérations de m-couponning .

Le principe de l’appli est d’inciter le consommateur à ajouter le produit dans la liste de courses, activer la réduction en sortant du point de vente et surtout  de conserver le produit dans la liste de courses lorsque la promotion a été utilisée ou lorsque la période de promotion est achevée. Ce qui permet d’inciter au réachat et de  fidéliser le consommateur.
le mécanisme est le même que celui des applis concurrentes : scan du code-barre et photo du ticket de caisse.

Décryptage promotion de Philippe ingold

En cette année 20012, les applications promotionnelles constituent le nouveau champ de bataille de start-up innovantes et des grands opérateurs de la promotion. Il n’y aura certainement pas de place pour tout le monde. Les gagnants ne seront pas nécessairement les pionniers, mais plus probablement les plus puissants et/ou ceux qui auront développé les propositions les plus originales et pertinentes.

Dans ce contexte, Sogec développe une proposition originale en s’appuyant sur un outil déjà puissant de planification des courses. Or 80 % des shoppers déclarent faire une liste de courses et ce phénomène va croissant. Par ailleurs, malgré le nombre considérable de références (50 à 80 000 en hypermarchés), les shoppers concentrent leurs achats sur un nombre limité de 350 dans l’année. La liste de courses est donc un outil pertinent pour cibler des shoppers à recruter et fidéliser.
En s’appuyant sur sa puissance, confortée par son entrée dans le groupe Médiapost, et par l’expérience de son partenaire belge, Sogec a donc des atouts à faire valoir. A suivre donc.


 
Promoland, une nouvelle appli promo
Source : http://www.promo-land.com/
Cette application vient d'être lancée commercialement avec des offres Desperados et Senoble. Elle vient notamment concurrencer les applis Shopmium, le pionnier, et MerciQui , proposée par Highco.
Par rapport à ces deux dernières, Promoland n'exige pas le scannage du code barre. Il suffit simplement de faire une photo du ticket de caisse pour être remboursé.
Promoland propose également de participer automatiquement à une loterie mensuelle. A gagner 20, 50 ou 100 % des achats du mois. Vous avez aussi la possibilité de de verser vos gains à une association caritative
Décryptage promotion de Philippe ingold

Techniquement, et dans sa configuration actuelle, Promoland est un système d'offre de remboursement, et donc indépendant de toute forme de collaboration avec la distribution. Le mode opératoire est assez simple puisqu'il se limite à prendre une photo du ticket de caisse. Mais est-il sûr ? Il faut d'abord remarquer que le flashage du code-barre n'apporte pas, de toute façon, la garantie d'un achat effectif.
Promoland apporte une réponse sur ce point avec les processus suivants :

- Le ticket de caisse porte l’information des produits qui ont été achetés : Promoland relève les libellés tickets de caisse des produits promotionnés et peut dès lors les identifier de manière univoque dans 80% des réseaux de distribution. Les distributeurs pour lesquels les libellés ne peuvent pas être connus (réseaux franchisés) sont traités manuellement à l’aide des libellés déjà connus.

- Le ticket fait apparaître la totalité des autres informations nécessaires à la validation de la promo : date/heure d’achat, lieu d’achat, quantités achetées

- Une promo est valable une fois par utilisateur (identifié par son couple login / mot de passe ou l’identifiant unique de son téléphone).

- Promoland vérifie l’unicité de chaque ticket reçu à partir de l’ensemble des informations contenues dans le ticket : chaque ticket n’est recevable qu’une seule et unique fois. En conséquence, le même utilisateur ne peut pas prétendre à une promo en renvoyant le même ticket ni même le transmettre à un autre utilisateur pour qu’il l’envoie à son tour


 
HighCo Data édite une seconde édition du Guide de la dématérialisation
Source : Highco Data - 27 septembre 2012

Le point de vente évolue (Drive, Self scanning) et le comportement du consommateur aussi  (omni-canal, fidélité au pluriel …) : les risques de rupture avec le shopper sont donc bien réels.  L'objectif de HighCo Data est d’informer les marques sur l’évolution des mécaniques promotionnelles traditionnelles (BR, ODR, jeux et boutiques …) mais également de les sensibiliser à la révolution induite par l’émergence de nouvelles mécaniques promo-relationnelles (share & earn, advertgaming, réalité augmentée).

L’enjeu est la mise en œuvre des usages promotionnels intégrant des nouvelles technologies.

Certains usages des nouvelles technologies permettent de créer l’évènement mais restent éphémères et ne seront pas déployés à grande échelle. Le guide de la dématérialisation de HighCo DATA a donc réalisé un benchmark de ces tendances en apportant cependant un éclairage pragmatique de la dématérialisation au travers de solutions telles que  le "Load to card" ou comment créditer un coupon de réduction sur une carte de fidélité ? Ou comment s’inviter dans le smartphone d’un consommateur sans application mobile ?

Pour recevoir ce guide gratuitement : c.alexandre@highco-data.fr

Décryptage promotion de Philippe ingold

Voici un excellent outil qui permet de comprendre les enjeux de la dématérialisation et aussi d'évaluer l'intérêt des nouveaux outils dans les stratégies promotionnelles.


 
Merci-qui une nouvelle appli promo
Source : communiqué de presses Highco Data - avril 2012
Voici une nouvelle application développée par Highco Data.
Merci Qui a pour vocation de référencer l’ensemble des offres promotionnelle : offres de remboursement mais également jeux, quizz, demandes d’échantillons et bientôt coupons de réduction et cartes de fidélité.
Actuellement, l'appli référence 12 ODR de grandes marques nationales.
Pour être remboursé, il suffit de flasher le code-barre et de faire une photo du ticket de caisse.
L'appli propose également de géolocaliser les magasins détenteurs.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Dans sa configuration actuelle, cette appli reprend l'idée déjà développée par Shopmium. Mais Highco Data dispose bien sûr d'une puissance financière et d'un capital de clients bien supérieurs. Par ailleurs, l'appli peut faire partie d'un dispositif multicanal géré par Highco (courrier et web). A terme, Highco Data ne cache pas ses ambitions dans le domaine du m-coupon et des cartes de fidélité. A suivre et à télécharger pour évaluation.


 
Le chèque fidélité Carrefour sur Smartphone
Source : prospectus Carrefour - 8 au 14 mars 2012
Les chèques fidélité Carrefour, cumulant les "remises fidélité"  sont traditionnellement envoyées par courrier postal. Depuis 2 ou 3 ans, ils peuvent aussi être imprimés sur internet. Carrefour va ici plus loin en en proposant une version totalement virtuelle sur smartphone.
Il suffit de télécharger l'application "Carrefour Fid", de se munir de sa carte de fidélité et de son code personnel inscrit au dos du chèque Fidélité (ou en appelant un service vocal). Il suffit alors de présenter son e-chèque (ou plutôt m-chèque) en caisse en utilisant son smartphone.
Décryptage promotion
de Philippe ingold

Pour le shopper le plus simple est encore d'utiliser un chèque fidélité papier ! L'enseigne maintient aussi ainsi un lien relationnel fort. Mais cela a un coût considérable. La virtualisation présente presque toujours des avantages économiques mais se heurte encore, et pour longtemps à des habitudes bien ancrées.


 
Une boutique sur l'appli Mavieencouleurs
Source : mailing et e-mailing Maviencouleurs - 16 janvier 2012 - http://www.mavieencouleurs.fr/cote-marques/boutique

Le programme relationnel commun des groupes Unilever et Kraft lance une application proposant notamment plus de 1500 recettes réalisées à partie de leurs produits. Classique et attendu.
Plus intéressant est le système de boutique proposé (déjà également  sur le site). En scannant les codes barres des produits sélectionnés (une trentaine par mois de novembre à février), le mobinaute cumule des points (1 ou 2 par produit), ce qui lui permet de commander les objets (30) d'une boutique allant d'un fond d'écran à télécharger (3 points et 1 €) jusqu'à centrale-vapeur (98 points + 32 €).

Décryptage promotion de Philippe ingold

Cette boutique était déjà en ligne sur le site de mavieencouleurs depuis novembre 2011. Son intégration dans la nouvelles appli a probablement une valeur de test.

Dans une boutique classique, il est nécessaire de cumuler des preuves d'achat, souvent les codes-barres pour passer une commande (sur le site, l'internaute devait saisir manuellement les codes barres). L'application permet d'éviter cette corvée en scannant les codes barres des produits sélectionnés. Le mobinaute doit scanner les produits chez lui, une fois achetés, et non en magasin. Comme la preuve est difficile à établir, il doit conserver les tickets de caisse pour subir des contrôles aléatoires. L'application remet à jour automatiquement le nombre de points cumulés. Le mobinaute peut passer commande ...., mais par courrier en joignant son chèque éventuel (après avoir reçu un bon de commande par e-mail)
Il existe bien sûr un risque de fraude qu'il ne fait pas surestimer mais qu'il conviendra d'évaluer. Les conséquences ont sont de toute façon limitées puisque sur les objets intéressants, la contribution financière doit financer le prix d'achat de l'objet pour ne pas tomber sous le coup de l'interdiction de la revente à perte.

Les résultats de cette opération resteront probablement assez faibles, compte-tenu de la nécessité d'un apprentissage du shopper. Mais cette expérience met bien en valeur les possibilités offertes par le scannage des produits dans des mécanismes de fidélisation.


 
Bonial, une nouvelle pige des prospectus sur le web
Source : LSA 1 décembre 2011 - http://www.bonial.fr/Epinay-sur-Seine/Carrefour/
Bonial est un nouvel outil permettant d'accéder à de l'information géolocalisée sur les promotions d'enseigne. Celle-ci est fondée sur l'exploitation des prospectus papiers ou web.
Bonial est la filiale française de Kaufda, société ayant développé ce système en Allemagne depuis 2008 et racheté par Axel Springer. Kaufda ("Acheter ici") annonce 12 millions de visiteurs uniques par mois.
Le modèle économique est le clic sur prospectus. La gratuité totale est proposée aux enseignes jusqu'au 30 mars.
Le système est décliné sur une application Bonial.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Le principe n'est pas nouveau. Le marché français a enregistré d'assez nombreuses tentatives dès les années 2000. Aujourd'hui existe, parmi d'autres, un concurrent assez bien installé, Pubeco. http://www.pubeco.fr/ . On peut aussi noter l'existence de "les prix du coin" http://www.lesprixducoin.com

L'objectif général des ces tentatives est de reproduire le succès des comparateurs de prix du e-commerce, mais dans le monde physique. Problème, si le web est un outil incontournable de recherche et de comparaison sur des achats de produits ou services chers et impliquants, ce n'est pas un très bon outil pour comparer les prix ou les promotions de produits PGC. Les internautes consultent ainsi assez peu les catalogues en ligne, malgré une existence déjà assez longue et des informations des enseignes sur ce sujet, voire même des objectifs affirmés d'abandon du prospectus papier (Leclerc en 2020).
En outre, grosse différence avec le marché allemand et d'autres, la promotion en France est beaucoup fondée sur des systèmes de récompenses différées et/ou quantitatives. Un comparatif ne permet donc pas de se faire une idée juste des économies potentielles.
En quoi Bonial pourrait-il donc s'introduire sur le marché français avec succès ?

Nous ne pensons pas que l'application mobile change fondamentalement la question. Les smartphones n'offrent pas le même confort de recherche et ont encore une pénétration assez faible chez les promophiles planificateurs.
Au bout du compte, c'est peut-être la puissance économique qui permettra d'installer le modèle, avec des investissements de communication à la clé et une période assez longue absence de rentabilité.


 
Shopmium, une application de m-odr
Source : LSA - 1 décembre 2011  - http://shopmium.com/

En téléchargeant l'application shopmium su votre smartphone, vous recevez des offres de remboursement géolocalisées.

Comment en bénéficier ? Une fois le produit acheté, vous flashez le code-barres de l'article et photographiez le ticket de caisse.
Le remboursement se fait automatiquement sur votre compte bancaire ou paypal ou peut être reversé à une association.
Les offres portent plutôt sur des produits de niche : soupes New Covent Garden, Snacks Toogood, Jus de fruit Innocent.

12 avis sur l'appli : plutôt satisfaits du principe et de la rapidité du remboursement mais notant le faible nombre d'offres.
 

Décryptage promotion de Philippe ingold

Le principe est bien sûr très intéressant et semble résoudre les problèmes liés aux modalités complexes des ODR classiques. Mais nous ne sommes pas capables d'avoir un avis sur la validité technologique du système et sa sécurisation. Actuellement, le portefeuille d'offres est peu fourni : seule la soupe New Covent Garden est en cours. Nous n'avons pas réussi à faire fonctionner correctement certains liens de l'appli, peut-être en raison de travaux de mise à jour. Mais c'est probablement un péché de jeunesse.
Tous les systèmes ou applications commerciales sur les supports numériques se heurtent au même problème de modèle économique : comment gagner suffisamment d'abonnés pour intéresser des annonceurs ? et comment intéresser des abonnés durablement sans un portefeuille d'offres conséquent ?
Ceci passe par des phases d'investissement assez lourdes et longues en termes de communication et en termes de conditions très préférentielles pour amorcer la pompe ! Les trois fondateurs annoncent des levées de fonds et 500 000 membres d'ici 6 mois. A observer.


 
 FidMe, une application qui remplace les cartes
Source : LSA 8 décembre 2011 - http://www.fidme.fr/
Il fallait y penser : Les cartes de fidélité encombrent vos portefeuilles. Avec cette appli, vous scannez ou téléchargez les cartes traditionnelle sur votre mobile. Et en caisse, vous vous contentez de présenter votre mobile en affichant bien sûr la bonne enseigne.
L'appli est déjà utilisée par 800 000 personnes, avec 30% de clientèle active.
L'application  est utilisable sur pratiquement tous les modèles de mobiles existant.
La base compte déjà 2 000 cartes de fidélité.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Le succès est inattendu pour les concepteurs de l'application, l'éditeur de logiciels Snapp'. Il s'agissait au départ de démontrer aux enseignes que les shoppers étaient prêts à utiliser une forme digitalisée des cartes de fidélité. Cela semble réussi. On peut s'attendre à l'enrichissement des fonctions de FidMe : prospectus, bons de réduction ? La technologie ne semble pas révolutionnaire, mais l'utilité est évidente. On peut imaginer que FidMe évolue vers une fonction de portail des systèmes de fidélisation.


 
Danone fait jouer en flashant un tag
Source : prospectus Carrefour - 24 au 30 août 2011

Danone tente d'animer trois pages de prospectus de ses produits sur la thématique de "J'aime ma santé".
Les produits bénéficient déjà d'une combinaison de remise immédiate de 25 % et d'une remise de fidélité de 25 % et participent pour certains à l'opération des pochettes Panini.
Ici le groupe propose ne outre un jeu d'instant gagnant accessible en flashant un tag imprimé sur le prospectus.

A gagner chaque jour du 1er août au 3 septembre une tablette numérique Samsung et toutes les heures, du 16 août au 30 septembre 10 € en bons d'achat.

Décryptage promotion de Philippe ingold

Le principe du tag est aujourd'hui bien connu, notamment pour obtenir de l'information produit. Il est moins utilisé pour participer à des opérations promotionnelles. Sans que cela soit donc une nouveauté, son utilisation mérite donc quelques commentaires.
C'est bien sûr un mode de participation plus pratique et plus immédiat que les modes traditionnels : courrier, kiosque, web, SMS. Là ou le bat blesse, c'est le taux d'équipement en Smartphones encore assez modéré et concernant une cible plutôt masculine, jeune et aisée, pas exactement la celle des hypermarchés. Mais la popularisation de cet outil est en marche.....
Ce jeu "trade" peut avoir ici deux fonctions : faciliter l'obtention d'une bonne visibilité, prospectus et point de vente et développer une thématique auprès des consommateurs, ici la santé. On ne peut pas dire que ce jeu y participe, autant dans le mécanisme très neutre que dans la dotation, sans doute attractive et technologique, mais sans rapport avec la santé. C'est dommage, mais malheureusement assez courant.


 
Leclerc lance son comparateur de prix sur mobile
Source : http://www.quiestlemoinscher.com

Quatre ans après la création de son site de comparaison quieestlemoinscher.com, Leclerc crée le comparateur mobile qui permet au shopper de comparer les prix avec son smartphone. (I-phone, I-pad et Androïd)
Cette application, téléchargeable sur le site quiestlemoinscher.com, permet, en scannant les codes barres de comparer immédiatement les prix de plus de 200 000 produits avec ceux pratiqués dans le centre E.Leclerc le plus proche ou choisi dans un rayon de 50 km.
Il est également possible de constituer une liste de courses, avec possibilité de comparaison immédiate.

Décryptage promotion de Philippe ingold

Avec cette application, le comparateur change de nature et de vocation. Le comparateur sur internet permettait de comparer des prix en dehors d'une situation d'achat. Utile pour définir l'enseigne la moins chère mais d'une portée pratique limitée pour faire ses courses. Avec un smartphone, c'est une révolution pour le shopper qui peut évaluer la compétitivité de chaque produit in-situ et éventuellement de sélectionner le seuls produits bien placés. Cela va surtout être une expérience d'achat concrète qui devrait faire revenir dans les magasins Leclerc, les shoppers infidèles. Reste que les utilisateurs de smartphones, plutôt jeunes et aisés, ne constituent pas la clientèle habituelle de l'enseigne. mais ceci devrait rapidement évoluer avec la popularisation des smartphones et la baisses de prix des forfaits.
Le système pourrait aussi être quelque peu détourné pour vérifier la réalité des promotions de prix dans n'importe quelle enseigne.