Auchan et Consumer Zoom lancent le service "Click and Zoom"
Source : communiqué de presse Marketing Scan

On connait Consumer Zoom, service d'étude ad-hoc de MarketingScan qui permet d'analyser les ventes de trois enseignes (Auchan, Cora,) U, sur la base des données obtenues par les cartes de fidélité.
Consumer Zoom propose dorénavant avec Auchan un service packagé périodique avec 13 livraisons par an en magasins physiques et Drive.
L'industriel souscripteur de Click and Zoom pourra ainsi alimenter sa réflexion catégorielle et marketing avec rapidité, et de façon autonome  sur une base de  données de 8 millions de shoppers
-
pour ses décisions internes dans de nombreux domaines (innovation produit, attractivité/fidélisation catégorielles, rankings d'assortiments, efficacité promotionnelle...)
-
pour nourrir sa relation partenariale avec Auchan
Ce service sera disponible à partir de septembre.

Décryptage promotion de Philippe ingold
En raison de sa périodicité, Click and Zoom s'apparente à la fois aux panels distributeurs et consommateurs, hors bien sûr sur la représentativité nationale.
Le point majeur de différence avec les panels de distributeurs, qui sont fréquemment utilisés en matière de mesure de l’incrémental promo, est d’apporter une vision de l’apport moyen terme (donc net) de la promotion. En effet, pendant la période de rémanence, deux phénomènes peuvent se produire, lorsqu’il n’y a pas simple retour à la normale :

-
en positif : si la promo a permis de recruter durablement ou de détruire davantage de produits (cas fréquent pour les marchés d’impulsion / de plaisir)
- ou en négatif (stockage excessif) dans le cas de certains offres incontournables mais sur des marchés non élastiques.
Comparé aux panels de consommateurs nationaux, c'est la volumétrie d’information qui permet de faire la différerence : tous types de mécanismes promotionnels, de générosités sur quelque référence que ce soit  peuvent être comparées, ce qui permet donc de véritablement identifier les formules promo efficaces par format de magasin.
Ce
nouvel outil apporte donc clairement des éléments explicatifs d'efficacité de la promotion, à court et à moyen terme dans les gros hypermarchés, ce qui permet en outre d'améliorer le travail catégoriel avec l'enseigne.
Auchan montre ici sa volonté de mieux travailler sur des données partagées.


 
Ce que change la Loi Hamon
Source : analyse juridique Etienne Petit

La loi Hamon du 17 mars 2014 sur la consommation comporte quelques dispositions essentielles concernant la promotion des ventes. À l’exception de celle visant les cartes enseigne adossées à un crédit renouvelable, elles sont entrées en vigueur le 19 mars et portent principalement sur les points suivants.

L'analyse compléte d'Etienne Petit

Les ventes avec prime

La loi entérine la disparition de la règle des 7 % qui limitait la valeur de la prime autorisée. Une limitation qui n’était pas conforme aux dispositions de la Directive du 11 mai 2005

Carte enseigne et crédit renouvelable 

À partir du 19 novembre 2014, les avantages promotionnels ne pourront plus être liés à l’utilisation du crédit renouvelable. Le client devra pouvoir choisir de payer comptant ou à crédit en utilisant sa carte et toutes les publicités présentant ses avantages liés à la détention d’une carte enseigne devront l’indiquer. Autre obligation : l’enseigne devra proposer une carte offrant les mêmes avantages, mais dissociée de tout crédit renouvelable.

Les « loteries publicitaires » 

Le nouvel article L. 121-36, qui devient le texte de référence pour les loteries publicitaire. Il vise toutes les « pratiques commerciales mises en œuvre par les professionnels sous la forme d’opérations promotionnelles tendant à faire naître l’espérance d’un gain, quelles que soient les modalités de tirage au sort ou d’intervention d’un élément aléatoire ».
La participation à ces loteries peut être liée à un achat dès lors que la pratique est loyale mais le texte précise que les participants pourront avoir à supporter des frais de participation, mais seulement des frais d’affranchissement, de communication ou de connexion non surtaxés, à condition que le règlement de l’opération ait prévu leur remboursement et que les participants en aient été préalablement informés. Ce faisant, il interdit implicitement le recours aux numéros et SMS surtaxés. Un encadrement bien sûr en totale contradiction avec l’exigence d’harmonisation des règles imposée par la directive PCD.

Un renforcement de l’arsenal répressif

Il passe par le pouvoir conféré aux services de contrôle de prononcer des sanctions administratives, sans passer par la case « juge » et une aggravation des sanctions pénales encourues : de 37 500 € à 300 000 € pour les pratiques trompeuses (5 fois plus pour les personnes morales). Le montant de l’amende pourra être porté, de manière proportionnée aux avantages tirés du manquement, à 10 % du chiffre d’affaires moyen annuel, calculé sur les trois derniers chiffres d’affaires annuels connus à la date des faits, ou à 50 % des dépenses engagées pour la réalisation de la publicité ou de la pratique constituant le délit.

Décryptage promotion de Philippe ingold

La loi enterine donc certaines modifications rendues obligatoires par l'application de la directive PCD. Mais pas toutes ! Et apparait de fait l'interdiction des SMS surtaxés pour participer à des jeux.
Ce qui retient surtout l'attention est le renforcement de l'arsenal repressif, avec une introduction curieuse de l'arbitraire administratif et l'augmentation des sanctions à un niveau dissuasif.
L'ensemble du dispositif réglementaire est devenu beaucoup plus libéral mais exige encore plus de prudence avec ces nouveaux éléments.


 
 
Celio déploie l’appli Step-In dans 50 magasins
Source : LSA - 15 avril 
Cet outil de « mobile to store » permet tout à la fois de créer du trafic en magasin, en récompensant la venue par un système de points (*), et de localiser précisément les visiteurs, grâce à des boîtiers ultrasons. En couplant cette localisation avec sa base de données clients (2 millions de profils), Celio peut pousser sur le smartphone des clients des offres totalement personnalisées, en fonction de leurs habitudes et historiques d’achat et de leur position dans le magasin. Le distributeur compte ainsi augmenter son taux de transformation : actuellement en effet, 3 personnes sur 4 qui entrent en magasin sortent sans achats.
A l'heure actuelle, les points collectés par l'appli Step-In (appelés "Steps") peuvent être cumulés indifféremment par les clients en entrant chez Celio, The Kase ou SIA. Une fois un certain nombre de points acquis, ils sont échangeables contre des cadeaux (un café Starbucks, une carte iTunes de 10€...) ou peuvent constituer un don à une association caritative.
Le dispositif est communiqué par la PLV, les équipes de ventes et des messages auprès des membres du programme de fidélité.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Avec cette mise en place chez Celio, enseigne disposant déjà d'un bon savoir-faire digital et d'une grosse base de données, Step-In rentre dans un processus vraiment opérationnel. L'expérience semble s'appuyer sur plusieurs facteurs de réussite. A suivre donc de façon attentive.



Quick fait jouer sur la bonne humeur
Source : http://quickbonnehumeur.fr/ 

L'idée est de proposer des missions "bonne humeur", comme la semaine d'observation, une bataille géante d'oreillers à La Défense.
Le participant doit tout d'abord s'inscrire, ce qui lui permet de proposer une mission ou de voter pour une des missions déjà soumises.
L'idée de mission ayant reçu le plus de vote sera réalisée et visible sur le site www.quickbonnehumeur.fr
Parallèlement, il reçoit un code image qui permettra de révéler en magasin des gains éventuels : 100 coffrets Wonderbox , mugs, plateaux, sets de table et BR de 15 € sur les coffrets Wonderbox pour les autres participants.

Décryptage promotion de Philippe ingold

L'opération est plutôt originale dans sa thématique et a bien sûr pour objectif de créer de la relation avec les clients. L'idée est d'associer Quick a des moments agréables.
Le mécanisme de vote est maintenant assez classique. Ce qui l'est moins est le principe de révélation du gain dans les restaurants, avec bien sûr un objectif de création de trafic.



Carrefour appelle à soutenir l'EDF
Source : http://www.soutenez-les-bleus.carrefour.fr/
C'est bientôt la coupe du monde de football et l'équipe de France a bien besoin d'être soutenue ! A cette occasion, les Carrefour et Carrefour Market sont associés à des clubs amateurs locaux.
Les magasins et les clubs doivent alors se mobiliser pour faire envoyer des messages de soutien avec photos.
Les 100 magasins (50 de chaque enseigne) ayant reçu le plus de messages participent alors à un tirage au sort pour gagner des dotations collectives attribuées au club (Multispace, match de foot, stages.
En outre 100 internautes tirés au sort reçoivent des maillots de l'équipe de France.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Voici une belle opération qui exploite bien le futur événement et le sponsoring de l'Equipe de France par l'enseigne. Le mécanisme est intéressant avec une première étape d'envoi de messages qui a pour objectif de créer une mobilisation locale autour des clubs. Ici, c'est bien sûr l'implication du magasin et du club qui va faire la différence.
Le second point d'intérêt est la dotation collective qui récompense les clubs et les encourage dans leur action qui a un volet sportif mais aussi social. Une bonne occasion pour l'enseigne de créer du lien à un niveau local.


 
C-Wallet en mode coupon chez Intermarché
Source : http://view.email.couponnetwork.fr/
C-Wallet de Catalina Marketing est une appli qui propose aux mobinautes le remboursement de produits de marque.
Le principe de base de C-Wallet est très différent de celui de ses concurrents. Ces derniers proposent en effet un remboursement en exigeant des preuves d'achat, à savoir le flashage du code-barre de l'article et une photo du ticket de caisse. Assez lourd donc, même pour des mobinautes avertis.
C-Wallet propose un système beaucoup plus simple. Il suffit de sélectionner les offres désirées et de présenter sa carte de fidélité en caisse.
Le remboursement se fait alors automatiquement sur un compte bancaire ou paypal (environ 50% chacun).
Contrairement au système de m-ODR, indépendant des enseignes, ce processus plus proche du couponnnage nécessite leur coopération.
Jusqu'à maintenant, il n'était opérationnel que chez Monoprix, C-Wallet fonctionnant par défaut avec les autres enseignes comme les autres applis. Aujourd'hui Catalina annonce sa mise en place chez Intermarché, ce qui est bien sûr un énorme pas vers sa généralisation.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Il est clair que l'approche C-Wallet est beaucoup plus pratique pour le shopper. La difficulté est d'obtenir sa mise en place dans les enseignes. Or, Catalina dispose d'une  expérience française et internationale incomparable dans la mise en place de systèmes de couponnage électronique dans les grandes enseignes, expérience à la fois technique et commerciale. D'où un avantage concurrentiel incontestable. Même dans sa déclinaison classique (m-ODR), Catalina propose déjà un nombre d'offres substantiellement supérieur à ses concurrents. Ceci est pour une bonne part du au fait que C-Wallet bénéficie d'effets de synergie avec l'Ecobon et CouponNetwork. Les annonceurs peuvent en effet mener des campagnes multicanales sans gros risques et sans se préoccuper de la rentabilité intrinséque du canal mobile en phase de lancement.
Dans l'immédiat le lancement chez Intermarché va bénéficier d'une communication ciblée par e-mailing, par Ecobon et par l'enseigne.


 
Saint-Moret fait voter pour votre marché préféré
Source : http://www.votremarcheprefere.fr/

Le jeu s'appuie sur un mécanisme de vote. Dans une première étape (17 mars au 14 avril) les internautes peuvent voter mais aussi proposer un marché. Ils peuvent déposer une commentaire et des photos et bien sûr partager l'information pour accroitre le nombre de votes.
Dans la seconde phase (14 au  27 avril), le vote est circonscrit aux 14 marchés élus dans la première phase. Le dépôt de commentaires et de photos est encore possible.
Les votants participent en fin d'opération à un tirage au sort. A gagner un passage sur M6, 50 coffrets Wonderbox et 1000 livres de recette Saint Moret.

L'opération est menée avec le soutien des "Marchés de France"

Décryptage promotion de Philippe ingold

Opération très sympathique et qui a du sens. Elle s'appuie sur un élément d'identification locale particulièrement fort et pertinent. Le caractère participatif du mécanisme est bien développé avec la possibilité de proposer son propre marché, de déposer photos et commentaires et de partager.
Bien sûr la thématique du marché est particulièrement pertinente pour associer Saint-Moret à l'univers des produis frais et authentiques.


 
Charles Volner offre des coques de smartphone
Source : http://www.colombardcharlesvolner.com/

Sur sa nouvelle référence "100% colombard", Charles Volner propose une offre combinée, Une offre de remboursement 100 % ou une coque de smartphone personnalisée.

L'opération est communiqué sur un site web spécifique et sur des collerettes.

Elle est valable de mars à décembre 2014.

Charles Volner
Décryptage promotion de Philippe ingold

L'opération est plutôt originale dans son mécanisme et dans sa dotation.
Dans son mécanisme elle offre une alternative entre l'ODR et une prime personnalisée. En fait, ce mécanisme était utilisé depuis fort longtemps sous la forme de l'ODR "convertible", à savoir une offre de remboursement dont le montant pouvait être utilisé pour acheter une article qui faisait fonction de prime mais était juridiquement une prime autopayante. C'était donc une façon de contourner la législation restrictive sur les ventes à prime (moins de 7 %). Aujourd'hui, avec la nouvelle réglementation et l'abandon des limites de valeur, le mécanisme prend une forme nouvelle, à savoir un choix entre une remboursement et une prime différée. On peut donc imaginer dorénavant un recours plus fréquent à ce mécanisme qui a pour intérêt de jouer à la fois sur des bénéfices matériesl et hédoniques.
Le second intérêt de l'offre est la dotation qui joue sur la thématique de la personnalisation, largement utilisée par Coca-Cola en 2013. Au total une offre sympathique et attractive qui combine efficacité et caractère relationnel.


 
Père Dodu et les Milles bornes
Source : http://www.millebornesperedodu.fr/
Belle opération Père Dodu s'appuyant sur un partenariat avec le fameux jeu des "Milles Bornes".
Le jeu s'appuie sur deux mécanismes complémentaires :

- Du 14 avril au 12 juillet, un jeu instant gagnant payant sur la base de codes uniques. Avec une chance de gagner par heure.
- En fin d'opération un tirage au sort avec une voiture, 5 chèques essence de 1000 € et 5 stages de pilotage à gagner. La participation à ce dernier tirage au sort est conditionné par la réalisation virtuelle de 1 000 km et 2 500 km.
Décryptage promotion de Philippe ingold

L'opération est attractive et ludique. L'utilisation de la licence Milles Bornes est parfaitement cohérente avec le mécanisme cumulatif du jeu avec obligation d'achat. A noter et à imiter : une page web très claire exposant les règles du jeu, en plus du règlement stricto-sensu. Ceci change agréablement d'une pratique trop répandue où l'organisateur se contente de publier une règlement administratif en pdf, souvent très long et plein de détails secondaires. Le record de longueur à battre est aujourd'hui de 150 pages !
Or, pour que le jeu soit ludique, il faut que le participant comprenne rapidement le mécanisme ce qui exige un effort de clarification de la part de l'organisateur. Dans le passé, à la grande époque des jeux on-pack, la pratique était de donner un extrait de règlement avec les éléments essentiels utiles à la participation. Aujourd'hui, beaucoup d'organisateurs s'affranchissent de cette pratique, sous prétexte que le règlement complet est accessible sur le web. Mauvaise approche, source éventuelle de contentieux ou pour le moins de rejet des consommateurs de la marque.


 
Take-off, un nouveau centre de gestion
Source : communiqué de presse

Basé dans la région d’Aix en Provence, Take Off est un nouveau centre de gestion des offres promotionnelles digitales ou off-line : offres de remboursement, primes différées, jeux par instants gagnants ou Entertainment, programmes de fidélité ou de stimulation des ventes. Take Off s’engage à traiter une demande consommateur en 8 jours, quel que soit le canal de participation (courrier, web/mobile, SMS, appli). Une petite révolution par rapport aux délais moyens pratiqués habituellement (6 à 8 semaines)

Décryptage promotion de Philippe ingold

Les délais trop longs pratiqués aujourd’hui font perdre beaucoup de leur intérêt aux offres promotionnelles, dans un contexte de consommation marqué par des besoins de satisfaction immédiate. Au delà de la satisfaction matérielle apportée par la récompense promotionnelle, il est impératif de fournir au shopper une  expérience positive, facteur de construction de la fidélité à la marque. La promesse de Take Off est donc particulièrement intéressante.
Take Off a été fondé par Pierric Finet qui s’appuie sur 10 ans d’expérience dans l’univers de la gestion des promotions.



Shoptimise, un comparateur source d'analyse
Source : communique de presse -  http://www.shoptimise.fr/
Shoptimise.fr se présente comme le1er comparateur de Drives et courses en ligne indépendant. Avec plus de 300 000 références représentatives de 90 % des enseignes en France, Shoptimise identifie, pour chaque utilisateur, les distributeurs les moins chers et les plus proches de chez eux, grâce à la géolocalisation. Il aide également le consommateur à trouver des produits alternatifs moins onéreux, en se basant sur les références d’une liste quasi exhaustive de distributeurs.
Shoptimise n'est que la face consommateur d'un service en ligne, Swaven Active Insight, destiné aux marques de grande consommation. Cette plateforme donne accès à des données de marché en temps réel ainsi qu’à des outils intelligents d’activation d’audience et d’optimisation de campagnes. A noter que le groupe Amaury investit 3,5 millions d’euros dans la société Swaven.
Décryptage promotion de Philippe ingold

Shoptimise (nom bien trouvé ...) apporte bien un service très utile aux shoppers utilisant le Drive et les services de livraison en ligne. Mais il est clair que ce type de plate-forme comparative ne produit pas facilement de modèle économique rentable. C'est donc Swaven, la face B to B du système qui présente un intérét réel et source de business. Les industriels et distributeurs disposent ici d'un outil capable d'analyser les ventes sur ces canaux digitaux et mettre au point les stratégies les plus adaptées.


le décryptage de
Philippe Ingold

 
 
 
 
 
 
 
 

AGENCES
CONSEIL

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

PRESTATAIRES